< Retour à la liste des actualités

 » Un accueil qui fait chaud au coeur « 

Que représente pour vous le marché québécois ?

canada

« C’est un marché dont il faut d’abord comprendre le fonctionnement avec la monopole d’Etat. J’en suis à mon troisième agent… Désormais, avec Raymond Côté,j’ai trouvé une personne qui connaît à la fois très bien le marché québecois et le vig

noble beaujolais. C’est la troisième fois que je me déplace ici. J’ai désormais une référence à la SAQ, un chénas 2011 et d’autres vins disponibles en importations privées. »

Quel bilan tirez-vous de votre séjour?

« Cela fait chaud au coeur. On a été très bien accueillis par des gens qui connaissent et apprécient le Beaujolais. Il sont pris le temps de nous recevoir, de déguster. On est beaucoup mieux reçu que chez les cavistes en France! On sent qu’il y a une volonté de mettre en avant les vins fruités. Et puis, ils sont très curieux des vieux millésimes. Mon premier lot de 100 caisses est écoulé, j’espère pouvoir en faire venir un autre. »

L’export, c’est important pour vous?

« Je vends 15 à 20% de mes bouteilles à l’export (USA, Chine, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Belgique). C’est une part qui progresse. Aujourd’hui je commercialise 60 à 70% de mes volumes en direct. Dans l’idéal, j’aimerais atteindre

 

100% et pouvoir installer mes filles avec moi sur l’exploitation. »

 

Interview de Pierre-Yves Perrachon tirée de L’information agricole du Rhône N°2273 – 9 mai 2014